L’Asticot

 

Parti du Théâtre du Globe à Londres où il a chanté tout l’hiver avec ses compagnons du Footsbarn, L’Asticot de Shakespeare a traversé le Channel entraînant avec lui Hamlet, Le Fossoyeur et Mercutio jusqu’ à Paris pour vous y parler de ses «petites affaires». En chemin, il a rencontré Baudelaire, Giono, Jankélévitch, Jean-Roger Caussimon, Philippe Caubère et quelques autres, qui vont mener avec lui une sarabande infernale, comique, tragique et musicale pour célébrer l’am…? La m…? La M…?

Au théâtre Montmartre-Galabru en 2011 ; à L’Athénée-Louis Jouvet en 2016-2017


Qu’on vienne voir Clémence comme on irait voir le dernier panda vivant au jardin zoologique de Vincennes, le tableau interdit de Courbet l’Origine du Monde au Musée d’Orsay, un ultime concert des Rolling Stones ou de Johnny Hallyday, Arletty, Fréhel, Zouc ou Fernandel dont on annoncerait à l’Olympia un gala exceptionnel.
Elle est de cette race-là, de cette époque et de cet âge. Alors qu’elle a le nôtre. Oui, la seule vertu, le seul intérêt d’une telle mise en scène est que devant la lumière, la force et l’originalité d’un tel talent, elle disparaisse.

Philippe Caubère



Critique de The Independent
lors de son passage au Théâtre du Globe de W. Shakespeare le 30 décembre 2009



Galerie photos

 

Publicités